Auto-entrepreneur en 2020 : les règles ont-elles changé ?


Business / mardi, août 25th, 2020

En 2020, le régime de la micro-entreprise (anciennement auto-entreprise) reste une façon simple et rapide de se lancer en indépendant. La micro-entreprise est un statut simplifié, au niveau gestion et fiscalité, particulièrement intéressant pour créer une entreprise en parallèle d’un travail salarié ou pour tester une idée d’activité.
Le statut d’auto-entrepreneur a beaucoup évolué depuis son lancement.
Si vous voulez débuter comme micro-entrepreneur en 2020, il est préférable de faire le point sur les règles actuelles !

Le statut juridique de la micro-entreprise

L’ouverture du statut de micro-entreprise est simple et gratuite. Elle se fait en ligne auprès du Centre de Formalité des Entreprises. La particularité de la micro-entreprise : aucun capital de départ n’est nécessaire.

Le régime social des micro-entrepreneurs

L’avantage de la micro-entreprise, c’est qu’en cas de chiffre d’affaire nul, aucune cotisation n’est due.
En contrepartie, les chiffres d’affaire sont plafonnés.
En 2020, les chiffres d’affaires maximums pour bénéficier du statut sont de : 176 200 € pour l’achat/revente de marchandise, 72 500 € pour les prestations de services commerciales ou artisanales et les activité libérales et 176 200 € pour la Vente de denrées à consommer sur place et les Prestations d’hébergement.

Les taux de cotisations sociales de la micro-entreprise

En 2020, les cotisations sociales sont toujours fonction de l’activité exercée. Elles se montent à 12,8% pour les activités d’achat/revente de marchandises, vente de denrées à consommer sur place et prestations d’hébergement (BIC) et 22% pour toutes autres activités. A noter : depuis le 1er janvier 2020, la déclaration de chiffre d’affaire mensuelle ou trimestrielle se fait uniquement en ligne, sur le site de l’URSSAF.

Le régime fiscal de la micro-entreprise

En 2020, les obligations fiscales des micro-entrepreneurs sont toujours réduites, notamment en ce qui concerne la facturation de la TVA.
Après avoir choisi une option fiscale – régime normal ou versement fiscal libératoire – il suffira de faire une déclaration de chiffre d’affaire dans le formulaire adéquat, au moment de la déclaration d’impôt sur le revenu.
Le micro-entrepreneur reste soumis à la Cotisation Foncière des Entreprises (CFE), dû dès la deuxième année en cas de chiffre d’affaire supérieur à 5000€.

La comptabilité en micro entreprise

La comptabilité est également allégée. Il n’y a pas de bilan comptable à établir, mais une obligation de tenir un journal des recettes.
Il n’est pas obligatoire non plus d’avoir un compte bancaire professionnel dédié pour votre micro-entreprise.

Les changements majeurs en 2020 pour les micro-entrepreneurs en 2020

  • A partir de janvier 2020, la Sécurité Sociale des Indépendants disparaît ; tous les micro-entrepreneurs sont rattachés au régime général (CPAM).

Le changement est automatique.

  • A partir de janvier 2020, l’ACRE, le dispositif d’Aide à la Création et à la Reprise d’Entreprise, est soumise à de nouvelles conditions pour les nouveaux auto-entrepreneurs et ne sera valide que pendant 1 an au taux d’exonération de 50%.
  • Les seuils de la franchise de TVA augmentent.
  • Un nouveau droit aux allocations chômage s’est ouvert en novembre 2019 pour les micro-entrepreneurs qui peuvent justifier de 10 000 € de chiffre d’affaire ou plus l’année précédente et qui ont des ressources inférieures au montant du RSA.
  • Le Stage de Préparation à l’Installation (SPI), qui était obligatoire pour les artisans auto-entrepreneurs, ne l’est plus.

Le régime du micro-entrepreneur a connu de nombreux changements en 2020… tenez-vous à jour pour devenir entrepreneur en évitant les mauvaises surprises !